image de héros de menu

À propos de nous

La technologie doit être utilisée pour responsabiliser tout le monde, pas pour nous réduire - à des stéréotypes, des étiquettes ou simplement à un modèle de 1 et de 0.

Face à la déshumanisation numérique croissante, la coalition Stop Killer Robots s'efforce d'assurer le contrôle humain de l'usage de la force. Notre campagne appelle à une nouvelle loi internationale sur l'autonomie des systèmes d'armes.

Formé en octobre 2012 et lancé publiquement en 2013, nous opérons dans le monde entier avec plus de 180 organisations membres. Une voix unie avec un impact national, régional et international. Nous sommes une équipe dynamique et inclusive qui conduit le changement pour protéger notre humanité commune pour l'avenir.

 

 

Texte alternatif de l'image

Notre structure

Les robots Stop Killer sont dirigés par notre comité directeur d'ONG issus de ses membres. Notre équipe du personnel soutient le travail de nos membres et notre campagne internationale.

Pour en savoir plus sur notre comité directeur

L'équipe du personnel Stop Killer Robots

Travailler à distance à travers les continents

Hélène Abi Assi (Elle, Elle)

Hélène Abi Assi (Elle, Elle)

Hélène est chargée de communication pour Stop Killer Robots. Hélène a étudié le marketing avec une mineure en psychologie à l'Université américaine de Beyrouth, puis a complété un certificat de design graphique de 6 mois à la Shillington School of Design de New York. Au cours de sa carrière, Hélène a travaillé dans différents secteurs, y compris l'édition, la production cinématographique et l'art, et a porté plusieurs chapeaux en essayant toujours d'élargir ses compétences.

En 2018, elle décide de concentrer son travail sur la communication des ONG. Elle a commencé à travailler comme chargée de communication pour Skoun, le Centre libanais de lutte contre les toxicomanies, où elle était en charge de la création de contenu, du développement de la stratégie et des relations avec les médias. Elle a travaillé sur des campagnes de sensibilisation, de sensibilisation et de plaidoyer, et a participé au lancement de la première étude en ligne au Liban sur les comportements et les attitudes de consommation de substances chez les jeunes.

En 2020, elle a rejoint la Lebanon Mountain Trail Association en tant que coordinatrice de la communication et a aidé l'organisation à étendre ses plateformes en ligne et ses efforts de communication, et à organiser des événements de collecte de fonds et de plaidoyer dans la nouvelle ère virtuelle pour promouvoir la conservation de la nature et le développement communautaire au Liban.

Farah Bogani (Elle, Elle)

Farah Bogani (Elle, Elle)

Farah Bogani est responsable de projet pour Stop Killer Robots. Son rôle comprend l'administration, la logistique et la gestion de projet.

Farah adopte une approche intersectionnelle, anti-oppressive et fondée sur les droits de l'homme face aux problèmes et aux défis que les technologies émergentes telles que l'intelligence artificielle et les armes entièrement autonomes posent à la paix et à l'égalité. Elle est passionnée par la promotion de l'antiracisme, de la justice et de l'égalité dans ses campagnes, son plaidoyer et ses recherches.

Avant de rejoindre Stop Killer Robots, elle était chercheuse et coordinatrice exécutive au secrétariat d'Amnesty International à Londres, au Royaume-Uni. Elle a également mené des recherches au Département de la sécurité internationale de l'Institut royal des affaires internationales de Chatham House. Farah est titulaire d'une maîtrise en droits de l'homme de la London School of Economics and Political Science (LSE) en Angleterre et d'une maîtrise en relations internationales et littérature comparée de l'Université de St Andrews en Écosse. Sa formation universitaire porte sur les atrocités, la justice transitionnelle, les processus de paix post-conflit et le droit pénal international.

Clare Conboy (Elle, Elle)

Clare Conboy (Elle, Elle)

Clare Conboy est la responsable des médias et des communications pour Stop Killer Robots. Elle a commencé son travail avec Stop Killer Robots en juillet 2018. Dans son rôle, elle gère les communications stratégiques de la campagne.

Clare a étudié la sculpture en beaux-arts et l'histoire de l'art au National College of Art and Design en Irlande. Elle a commencé son travail dans le domaine de la communication et de la campagne en 2013. Auparavant basée en Irlande, en Espagne et au Royaume-Uni, elle a exercé des pressions sur diverses questions auprès des parlements irlandais et britannique, travaillé sur une campagne électorale générale et consulté ou apporté son soutien et son expertise dans marketing, médias, communications, sensibilisation, création de contenu et facilitation au British Refugee Council, à la Fundación Intras, à la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires au Royaume-Uni et au Woodbrooke Quaker Study Centre.

Clare a précédemment travaillé en tant que responsable des communications et du Web pour l'Acronym Institute for Disarmament Diplomacy (AIDD). Dans son rôle, elle a été l'une des représentantes de l'AIDD au sein du Groupe directeur international de la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN). Elle a co-dirigé les équipes photo, vidéo et réseaux sociaux lors des négociations sur le traité sur l'interdiction des armes nucléaires pour lequel l'ICAN a par la suite reçu le prix Nobel de la paix 2017.

L'approche de Clare dans son travail est guidée par des valeurs intersectionnelles de désarmement féministe et humanitaire. Originaire d'Irlande, Clare est actuellement basée à Genève, en Suisse.

Isabelle Jones (Elle, Elle)

Isabelle Jones (Elle, Elle)

Isabelle Jones est la responsable de la sensibilisation de la campagne pour Stop Killer Robots. Dans son rôle, elle gère les efforts visant à étendre et à renforcer le réseau de la campagne et fournit un soutien continu par le biais de financement, de ressources et de coordination pour créer un élan et dynamiser la coalition.

Isabelle a rejoint la campagne Stop Killer Robots en juin 2018, en tant que premier membre du personnel à temps plein. Auparavant, elle a occupé divers postes à la Fondation Aga Khan Canada; le Centre LSE pour les femmes, la paix et la sécurité ; le Centre LSE pour les droits de l'homme ; et Human Rights Watch. Isabelle est titulaire d'une maîtrise ès sciences en droits de l'homme de la London School of Economics, où ses recherches se sont concentrées sur la façon dont les applications de nouvelles technologies d'armes au sein de la structure sociale de l'armée pourraient entraîner une augmentation du nombre de victimes civiles. Elle détient également un baccalauréat ès arts en développement mondial et un certificat en études internationales de l'Université Queen's.

Richard Moyes (Il, Lui)

Richard Moyes (Il, Lui)

Richard Moyes est directeur général de l'ONG britannique Article 36 et coordonne la campagne Stop Killer Robots.

Article 36 a été un membre fondateur de la campagne et a été une source majeure de réflexion politique sur la question – y compris à travers le concept de « contrôle humain significatif ». Richard a travaillé à la création d'un certain nombre d'instruments juridiques et politiques internationaux relatifs aux armes et à la violence, notamment la Convention sur les armes à sous-munitions, la Déclaration sur la sécurité des écoles et le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires.

Il a également développé l'attention humanitaire sur les dommages causés aux civils par les armes explosives dans les zones peuplées. Auparavant, Richard a travaillé dans le secteur de l'action contre les mines, notamment dans la mise en place et la gestion d'opérations de déminage et de neutralisation des explosifs et munitions. Il est titulaire d'une maîtrise en histoire et en anthropologie sociale de l'Université de Cambridge et est membre honoraire de l'Université d'Exeter.

Ousman Noor (Lui, Lui)

Ousman Noor (Lui, Lui)

Ousman est le responsable des relations gouvernementales pour Stop Killer Robots et est basé à Genève, en Suisse. Dans son rôle, il assure la liaison avec des diplomates, des responsables de l'ONU, des représentants d'institutions internationales et des militants de la société civile pour renforcer la cohérence des politiques en vue d'un traité international sur les armes autonomes.
Ousman est un avocat de formation qui a précédemment travaillé pour le Centre Suisse pour la Défense des Droits des Migrants à Genève pour la défense des droits des migrants. Avant de s'installer en Suisse, Ousman a été avocat au Royaume-Uni, où il a passé une décennie à représenter des individus dans plus de 1,000 XNUMX affaires concernant les droits de l'homme, les réfugiés, la traite, l'esclavage moderne, la torture, l'expulsion et la protection humanitaire. Il était le directeur du projet Habeas Corpus, un centre juridique contestant la détention illégale.
Ousman est titulaire d'un diplôme en droit de la School of Oriental and African Studies de l'Université de Londres, où il a été chargé d'enseignement supérieur. Il est également titulaire d'une maîtrise en anthropologie sociale du Linacre College de l'Université d'Oxford. Dans ses temps libres, il aime jouer avec des troupes de théâtre amateur en Suisse et faire de longues promenades avec Rayla, son chien Samoyède.

Équipe de recherche sur la décision automatisée

Nous suivons les développements dans le domaine de l'autonomie dans la prise de décision.

Sai Bourothu (Elle, Elle)

Sai Bourothu (Elle, Elle)

Sai travaille comme chercheur au sein de l'équipe de recherche sur la décision automatisée et est basé à New Delhi, en Inde. Dans son rôle, elle étudie les impacts juridiques, sociaux et politiques de la prise de décision automatisée.

Auparavant, elle a travaillé sur la responsabilité de la police et des prisons dans le Commonwealth, en mettant l'accent sur les personnes trans* et queer en conflit avec la loi. Sai est titulaire d'une maîtrise en travail social du Tata Institute of Social Sciences, à Mumbai, avec une spécialisation en criminologie et justice.

Catherine Connolly (Elle, Elle)

Catherine Connolly (Elle, Elle)

  1. Catherine Connolly est responsable de la recherche sur les décisions automatisées. Elle dirige l'équipe de recherche sur la décision automatisée dans le suivi et la recherche des développements dans les systèmes d'armes autonomes, et dans l'utilisation et les réponses à la prise de décision algorithmique dans la société au sens large.

 

Catherine est titulaire d'un doctorat en droit international et études de sécurité et d'un baccalauréat en relations internationales de la Dublin City University, en Irlande, et d'une maîtrise en études sur la guerre du King's College de Londres, en Angleterre. Avant de rejoindre l'équipe Stop Killer Robots, elle était chargée de cours en relations internationales et en politique à l'Université de la ville de Dublin et, en 2019, elle a reçu une bourse postdoctorale du gouvernement irlandais du Irish Research Council. Ses recherches ont porté sur le néo-colonialisme, l'impérialisme et la guerre, et leur relation avec le droit international sur l'usage de la force et le droit international humanitaire, avec un accent particulier dans sa thèse de doctorat sur le programme américain d'assassinats ciblés et l'utilisation de drones armés. dans la « guerre contre le terrorisme ». Les travaux de Catherine ont été publiés dans de nombreuses publications, notamment le Journal of Conflict and Security Law, Third World Approaches to International Law Review, Irish Studies in International Affairs, Teen Vogue et The Irish Times, entre autres. Elle a également travaillé auparavant avec le ministère irlandais des Affaires étrangères et du Commerce à l'ambassade d'Irlande à Londres.

Catherine est basée à Dublin, en Irlande.

Gugu Dube (Elle, Elle)

Gugu Dube (Elle, Elle)

Gugu Dube a rejoint l'équipe de recherche sur la décision automatisée en tant que chercheuse en 2021. D'avril 2019 à la mi-2021, elle a été chercheuse au sein du programme sur les menaces transnationales et la criminalité internationale à Pretoria pour l'Institute for Security Studies (ISS). Elle a également été chercheuse pour l'Afrique australe pour ENACT (Enhancing Africa's response to transnational Organized Crime). Elle a travaillé pour l'ISS de 2007 à 2014, en faisant des recherches sur la gestion des armes et en recueillant le soutien des États africains pour le Traité sur le commerce des armes et la Convention sur les armes à sous-munitions. Elle a été consultante auprès du Groupe d'experts gouvernementaux des Nations Unies en 2013 pour le Registre des armes classiques des Nations Unies.

 

Dube est titulaire d'un baccalauréat spécialisé en relations internationales de l'Université de Pretoria, en Afrique du Sud, et poursuit sa maîtrise à l'Université de Pretoria, en Afrique du Sud.

Pourquoi nous existons

Notre vision et nos valeurs
Texte alternatif de l'image
Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez