image de héros de menu

Notre position politique

Les règles que nous devons adopter.

Nous travaillons pour que les États adoptent un traité juridique international qui assure un contrôle humain significatif sur l'utilisation de la force et rejette l'automatisation du meurtre. Il devrait le faire à travers :

  • « Interdictions » – interdire les systèmes d'armes autonomes qui ne permettent pas un contrôle humain significatif et interdire tous les systèmes qui utilisent des capteurs pour cibler les humains
  • « Règlements » – règles supplémentaires afin que d'autres systèmes d'armes autonomes soient utilisés avec un contrôle humain significatif dans la pratique.

L'étendue des technologies

Un nouveau traité devrait s'appliquer à la gamme de systèmes d'armes qui détectent et appliquent la force à une cible sur la base des entrées de capteurs, plutôt qu'une commande humaine immédiate. Dans ces systèmes, après activation par une personne, il y a une période de temps pendant laquelle le système d'arme peut appliquer une force sur une cible sans approbation humaine supplémentaire. Cela signifie que l'objet spécifique à attaquer, ainsi que l'heure et le lieu exacts de l'attaque, sont déterminés par le traitement des capteurs, et non par les humains. Cette gamme de systèmes est ce que nous appelons « armes autonomes ».

La forme d'un traité juridique international

Dans ce large éventail de technologies, un nouveau traité juridique devrait combiner interdictions et réglementations.

Un nouveau traité devrait interdire :

  • Systèmes d'armes autonomes qui ne permettent pas un contrôle humain significatif. Les exemples incluent les systèmes d'armes autonomes où l'emplacement ou la durée de leur fonctionnement ne peuvent pas être limités, ou les systèmes d'armes où les paramètres de mission (temps et espace d'opération, type de cible, etc.) pourraient changer au cours d'une opération sans l'approbation humaine. Nous appelons parfois ces systèmes « armes entièrement autonomes ».
  • Systèmes d'armes autonomes qui cibleraient les humains, même lorsqu'ils sont utilisés sous contrôle humain. Traitant les personnes à l'aide de capteurs, ces systèmes réduisent les personnes à des objets et sont donc déshumanisants pour les victimes civiles et militaires. Ils posent également d'autres problèmes moraux, juridiques et pratiques. Nous rejetons le meurtre automatisé de personnes.

Bien sûr, les systèmes qui ne sont pas interdits doivent toujours être utilisés avec un contrôle humain significatif. Pour garantir cela, le traité devrait inclure ce que l'on appelle des « obligations positives » – des règles sur la conception, le développement et l'utilisation d'autres systèmes d'armes autonomes. Ensemble, ces règles devraient exiger que les utilisateurs du système comprennent le fonctionnement du système d'armes et comprennent le contexte spécifique dans lequel il peut être utilisé. Ces compréhensions sont vitales pour qu'un utilisateur puisse prédire les effets qu'ils vont créer, et ainsi porter de véritables jugements moraux et juridiques.

 

Arrêter les robots tueurs

Un guide pour les décideurs

Plus ici

 

Voir la vidéo Texte alternatif de l'image

Nos espoirs pour 2020 et 2021

Le directeur des relations gouvernementales, Ousman Noor, présente nos positions politiques et nos espoirs pour 2020 et 2021.

Texte alternatif de l'image
Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez