image de héros de menu
AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Sensibilisation des Nations Unies à New York

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Pour la quatrième année consécutive, les préoccupations concernant les armes entièrement autonomes ont figuré en bonne place à la Première Commission du désarmement et de la sécurité internationale de l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU). Plus de 150 pays participent à la session d'un mois à l'ONU à New York, qui est ouverte aux organisations non gouvernementales (ONG) enregistrées.

Le 12 octobre, le coordinateur de la Campagne pour arrêter les robots tueurs a présenté un déclaration au Premier Comité de l'UNGA tandis que la campagne a tenu une briefing de l'événement parallèle le 18 octobre. Les militants ont rencontré le chef du désarmement de l'ONU KIM Won-soo et la France, l'Allemagne, le Pakistan, les États-Unis et d'autres délégations au cours de la semaine. Ils ont également vu Peter Asaro de la New School parler au nom de la Campagne pour arrêter les robots tueurs lors d'une conférence de l'Université de New York sur l'intelligence artificielle et l'éthique. 

Déclarations

Selon le compilation des déclarations de la campagne, au moins 36 États ont exprimé leur soutien au processus de la CCAC pour lutter contre les systèmes d'armes autonomes létales lors des débats sur les armes générales et/ou conventionnelles à la Première Commission de l'UNGA sur le désarmement et la sécurité internationale : Autriche, BangladeshBotswana, Canada, Chine, Costa Rica, CroatieCuba, République tchèqueÉquateur, FinlandeFrance, Allemagne, Hongrie, IndeIrlande, Israël, Italie, Japon, LettonieLiban, MéxicoNederland, New ZealandPakistan, Pologne, Portugal, RussieAfrique du Sud, Corée du Sud, Sri Lanka, Suède , Suisse, Dinde, Royaume-Uni et États-Unis. Cela a marqué le première fois que le Bangladesh, la Hongrie et la Lettonie ont exprimé leur point de vue sur ce défi.

Presque tous les pays concernés par les robots tueurs à l'UNGA ont exprimé leur ferme soutien à la création d'un groupe d'experts gouvernementaux lors de la conférence d'examen de la CCW en décembre. La Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis étaient des exceptions notables.

Le 20 Octobre, La Russie a informé les États à l'AGNU qu'il soutient globalement les initiatives de la Convention sur les armes classiques pour traiter les questions relatives aux nouveaux types d'armes classiques, mais a averti que « cela ne sera bénéfique que lorsque nous aurons développé une compréhension claire du sujet en discussion. C'est pourquoi nous avons encore de gros doutes quant à l'opportunité de créer un Groupe d'experts gouvernementaux sur les systèmes d'armes létaux autonomes. Ce n'est un secret pour personne que les résultats des trois dernières séries de discussions informelles à ce sujet ne peuvent être qualifiés d'encourageants. Cependant, nous serons prêts à en discuter à la Conférence d'examen.

Le Royaume-Uni et les États-Unis ont exprimé leur soutien au processus de la CCAC pour traiter les systèmes d'armes autonomes létaux, mais n'ont pas indiqué si cela inclut la création d'un groupe d'experts gouvernementaux.

Nos remerciements à Erin Hunt d'Action contre les mines Canada pour avoir livré le Déclaration de la campagne pour arrêter les robots tueurs à la Première Commission de l'AGNU le 12 octobre.

Briefing

Le 18 octobre 2016, des représentants d'au moins dix États ont participé à une Briefing sur l'événement parallèle de la campagne pour arrêter les robots tueurs au Premier Comité de l'AGNU : Canada, Cuba, France, Saint-Siège, Irlande, Pays-Bas, Pakistan, Russie, Afrique du Sud et États-Unis. Le CICR, l'ONU pour le désarmement et d'autres agences, ainsi que diverses ONG y ont également participé.

Le professeur Matthew Bolton de l'Université PACE a facilité la séance d'information en sa qualité de membre du Comité international pour le contrôle des armements robotiques (ICRAC), co-fondateur de notre campagne. L'ambassadrice Tehmina Janjua, qui est présidente de la Cinquième Conférence d'examen de la Convention sur les armes classiques (CCW) a fait des remarques liminaires. Le conférencier invité, expert en intelligence artificielle, le professeur Stuart Russell de l'UC Berkeley, a pris la parole lors de la séance d'information, tout comme Steve Goose et Mary Wareham du cofondateur de la campagne Human Rights Watch.

L'ambassadrice Janjua s'est félicitée de l'opportunité de faire le point et de discuter de la manière dont elle entend diriger la Conférence d'examen à l'ONU à Genève du 12 au 16 décembre 2016. Elle a déclaré que la « principale tâche » pour les États lors de la Conférence d'examen sera d'approuver et un groupe d'experts gouvernementaux pour faire avancer les travaux sur les systèmes d'armes létaux autonomes, y compris la période de temps pour laquelle il se réunira en 2017 et l'État de la CCW qui le présidera. Du 13 au 15 décembre, la Grande Commission II présidée par l'Ambassadeur Tudor Ulianovschi de la République de Moldavie avec la vice-présidente l'Ambassadeur Alice Guitton de la France préparera le projet de mandat pour les travaux futurs sur les systèmes d'armes létaux autonomes. Le mandat sera basé sur les recommandations convenues. par les États lors de la troisième réunion de la CCW sur les robots tueurs tenue en avril 2016.

L'Ambassadeur Janjua a recommandé que les États se préparent à participer activement à la Conférence d'examen en considérant les recommandations de et des tours rapport du président de la réunion d'avril 2016 de la CCW sur les robots tueurs la rapport de la réunion du comité préparatoire du 31 août au 2 septembre 2016.

L'ambassadeur Janjua a constaté que l'inquiétude internationale concernant les systèmes d'armes autonomes létaux continue de croître. elle a exprimé Pakistanla politique nationale de s'oppose fermement au développement de telles armes ; affirmant qu'ils seraient contraires à l'éthique et abaisseraient le seuil de la guerre. Elle a salué le travail « fondateur » réalisé par la Campagne pour arrêter les robots tueurs en matière de sensibilisation et a salué le Lettre ouverte 2015 d'experts en intelligence artificielle et robotique.

Dans le briefing qui a suivi, la coordinatrice de la Campagne pour arrêter les robots tueurs, Mary Wareham, a exprimé la point de vue de la coalition que les systèmes d'armes autonomes létaux soulèvent de nombreuses préoccupations éthiques, juridiques, de prolifération, de sécurité et autres qui constituent une telle menace pour notre humanité qu'une interdiction préventive est justifiée. Le maintien du contrôle humain sur l'usage de la force est un impératif moral et essentiel pour promouvoir le respect du droit international et assurer la responsabilité. Elle a décrit les activités récentes des membres de la campagne, y compris sa visite en septembre 2016 à Moscou au nom de la Campagne pour arrêter les robots tueurs. s'adresser à une conférence du PIR Center sur les technologies émergentes.

Le professeur Stuart Russell a décrit un consensus émergent dans la communauté de l'intelligence artificielle et de la robotique contre les systèmes d'armes autonomes comme « la plupart ne veulent pas construire des systèmes qui tueront ». Il s'est dit préoccupé par l'ampleur potentielle de la menace, donnant l'exemple du déploiement potentiel de millions de minuscules systèmes aériens autonomes contenant des explosifs. Le professeur Russell a fourni une mise à jour des étapes que les associations professionnelles telles que l'IEEE et l'AAAI prennent pour développer des politiques formelles s'opposant aux armes autonomes. Il a déclaré que la communauté de l'IA avait fait pression sur la Maison Blanche pour une interdiction dans le cadre des consultations de haut niveau sur l'intelligence artificielle.

Steve Goose, directeur de la division des armes de Human Rights Watch, a déclaré que la cinquième Conférence d'examen et le processus de la CCW sur les systèmes d'armes létaux autonomes offrent aux États l'occasion de faire une réelle différence pour s'attaquer à toute une classe d'armes. Il a déclaré que les trois réunions tenues depuis 2013 sur la question ont été fructueuses pour aider à créer des compréhensions communes. Mais s'il doit y avoir des « LOIS », ce devrait être une interdiction préventive. Il appelle les délégués à créer un groupe d'experts gouvernementaux à composition non limitée en décembre, puis à passer aux négociations en 2018 et à les achever dans un délai d'un an.

Au moins six participants ont posé des questions, y compris la Russie, qui participait pour la première fois à un briefing de campagne parallèle à l'UNGA. Le représentant de la Russie a pris la parole en second, lisant une déclaration écrite. Il a remercié la Campagne pour arrêter les robots tueurs d'avoir organisé le briefing et d'avoir mentionné la récente réunion à Moscou. Selon le délégué, la Russie ne voit aucune raison de passer à l'élaboration d'un protocole d'interdiction à la CCW, mais est ouverte au dialogue. Le délégué a déclaré qu'il existe des différences entre la façon dont les États et les ONG perçoivent la question des options pour les travaux futurs. Il a exprimé son scepticisme, mais a déclaré que la Russie écoutait et que la question était discutée lors de réunions inter-agences.

Forum du désarmement humanitaire

Enfin, nous remercions Handicap International, International Campaign to Abolish Nuclear Weapons et Mines Action Canada d'avoir organisé la Forum du désarmement humanitaire 2016, à laquelle notre campagne a participé à l'Université PACE les 15 et 16 octobre.

Voir aussi:

Marie

Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez-nous

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez-nous