image de héros de menu

Davantage d'États s'expriment à l'ONU

La session de 2013 de la Première Commission du désarmement et de la sécurité internationale de l'Assemblée générale des Nations Unies a vu un certain nombre d'États parler pour la première fois d'armes entièrement autonomes, et beaucoup ont demandé instamment des pourparlers internationaux. La Campagne pour arrêter les robots tueurs s'est adressée à la Première Commission pour la première fois le 29 octobre et a appelé les États à adopter un mandat de travail large et déterminé sur le sujet lors de leur réunion le mois prochain.

Au 31 octobre, 16 pays au total avaient mis en évidence des armes entièrement autonomes ou des « robots autonomes mortels » dans leurs déclarations à la Première Commission, dont neuf nations qui ont fait connaître leur point de vue pour la première fois : Costa RicaÉquateurGrèce, Inde, Irlande日本, Nederland, New Zealandet Afrique du Sud. La liste complète des déclarations et des extraits pertinents suit ci-dessous. D'autres ont peut-être parlé, car toutes les déclarations de pays ne sont pas disponibles en ligne.

Au total, Etats 30 ont parlé publiquement d'armes entièrement autonomes depuis la Débat du Conseil des droits de l'homme a eu lieu le 30 mai 2013 : Algérie, Autriche, Argentine, Biélorussie, Brésil, Chine, Costa Rica, Cuba, Équateur, Égypte, France, Allemagne, Grèce, Inde, Indonésie, Iran, Irlande, Japon, Mexique, Maroc, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Russie, Sierra Leone, Afrique du Sud, Suède, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis.

La campagne pour arrêter les robots tueurs déclaration– prononcé par la coordinatrice Mary Wareham de Human Rights Watch – s'est félicité des déclarations du gouvernement faites à ce jour et a exhorté tous les pays à examiner et à formuler publiquement leur politique face à ce nouveau défi. Il s'est félicité du travail que la France, en tant que président de la prochaine réunion de la Convention sur les armes classiques (CCAC), a mené à bien pour se concerter sur la question de l'ajout d'armes entièrement autonomes au programme de travail de la convention en 2014. La campagne noté il existe un « large soutien en faveur d'un mandat pour discuter de ce sujet dans la CCW » et a décrit le Protocole IV de la CCW interdisant les lasers aveuglants comme « un exemple pertinent d'une arme interdite à titre préventif avant qu'elle ne soit jamais développée ou utilisée ». La campagne a affirmé Valérie Plante. « La CCW est également un forum qui permet un engagement significatif de la société civile conformément au précédent établi par ses travaux antérieurs. »

Le 15 novembre 2013 , les États parties à la Convention sur les armes classiques se réuniront aux Nations Unies à Genève pour décider d'inclure ou non des armes entièrement autonomes dans leur programme de travail pour 2014.

Déclarations de pays

Lors du débat sur les armes conventionnelles, le 30 octobre, cinq États ont parlé d'armes entièrement autonomes ou de « robots autonomes mortels » dans leur déclaration de la Première Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies : Autriche, France, Inde, Nouvelle-Zélande, et Afrique du Sud. C'était la première fois que l'Inde, New Zealand et Afrique du Sud avaient exprimé leur point de vue sur le sujet.

Le 29 octobre, dix États se sont exprimés sur les armes entièrement autonomes à la Première Commission : Costa Rica, Équateur, Grèce, Irlande, 日本, Nederland, Pakistan, Suisse, Royaume-Uni, les United States. Pour tous sauf quatre (Pakistan, Suisse, Royaume-Uni, États-Unis), c'était la première fois qu'ils faisaient une déclaration publique sur le sujet.

Au début de la session 2013 de la Première Commission de l'AGNU au début d'octobre, Pakistan a exprimé ses inquiétudes au sujet des armes, tout comme Autriche, Égypteet France.

Des extraits pertinents des déclarations faites à la Première Commission suivent et figurent également dans le présent compilation de déclarations.

Autriche (30 oct.)
De manière inquiétante, cependant, nous continuons de voir des rapports faisant état de souffrances humaines massives de civils résultant de la violence armée dans de nombreux pays. Face à cela, il est de notre devoir de continuer à évaluer le cadre juridique international dans le contexte d'un environnement international en constante évolution et en particulier les nouvelles technologies d'armes et les nouveaux systèmes d'armes qui doivent être évalués pour leur impact humanitaire potentiel et leurs implications pour la communauté internationale. cadre juridique.

Aujourd'hui, la technologie des armes subit des changements rapides. L'utilisation de drones armés dans les situations de conflit est en augmentation, causant beaucoup trop de morts civiles collatérales. Dans un avenir pas trop lointain, des systèmes d'armes entièrement autonomes pourraient devenir disponibles. En conséquence, les implications de ces développements sur le droit international humanitaire nécessitent un engagement urgent de la part des forums pertinents des Nations Unies et des discussions plus approfondies en vue de garantir que ces armes ne seront pas utilisées d'une manière qui viole les principes universellement reconnus tels que la proportionnalité de l'utilisation force ou l'obligation de distinguer entre civils et combattants.

Autriche (15 oct.)
La prévention et la responsabilité des ciblages délibérés de civils pendant la guerre, ainsi que les pertes collatérales disproportionnées résultant d'une action militaire, sont au centre de nos préoccupations. Aujourd'hui, la technologie des armes subit des changements rapides. L'utilisation de drones armés dans les situations de conflit est en augmentation. Dans un avenir pas trop lointain, des systèmes d'armes entièrement autonomes pourraient devenir disponibles. En conséquence, les implications de ces développements sur le DIH nécessitent un engagement urgent de la part des instances compétentes des Nations Unies et des discussions plus approfondies en vue de garantir que ces armes ne seront pas utilisées d'une manière qui viole les principes universellement reconnus du DIH tels que la proportionnalité de l'utilisation force ou l'obligation de distinguer entre civils et combattants.

Costa Rica  (29 oct.)
De plus, nous craignons que de nombreux problèmes identifiés avec l'utilisation de drones armés soient exacerbés par la tendance à l'augmentation de l'autonomie des armes robotiques. Ma délégation estime que nous devrions bientôt entamer un dialogue international sur la question de la robotique autonome létale et appelle les États à envisager d'imposer des moratoires nationaux sur leur développement, leur production et leur utilisation et à discuter d'une éventuelle interdiction.

Égypte (8 oct.)
L'Égypte réitère que la technologie ne doit pas dépasser l'humanité. Le développement potentiel ou réel de Lethal Autonomous Robotics soulève de nombreuses questions sur leur conformité au droit international humanitaire, ainsi que des questions d'éthique de la guerre. Ces questions doivent être pleinement traitées. Des réglementations devraient être mises en place avant que de tels systèmes (LAR) ne soient développés et/ou déployés.

Équateur  (29 oct.)
Mon pays estime que la communauté internationale devrait approfondir le débat autour des véhicules aériens sans pilote et des robots armés entièrement autonomes. Le nombre élevé de victimes l'utilisation indiscriminée de drones dans les zones civiles a également causé de graves questions éthiques et juridiques que le développement de nouvelles technologies militaires excluant la participation et la responsabilité humaine dans la prise de décision, est urgente une discussion serait sur ces nouveaux problèmes sur le terrain d'armes conventionnelles. - Google Traduction 

France (8 oct.)
Nous devons regarder vers l'avenir et relever ses défis. Un débat important a émergé ces derniers mois sur la question des robots létaux autonomes (LAR). C'est un débat clé car il pose la question fondamentale de la place de l'Homme dans la décision d'employer la force meurtrière. C'est aussi un débat difficile, car il met en lumière de nombreuses questions éthiques, juridiques et techniques. Il couvre des technologies qui ne sont pas encore complètement développées et qui sont à double usage. Les termes de ce débat doivent être clarifiés. Pour être utile et permettre d'avancer, cette discussion doit se tenir dans une enceinte de désarmement appropriée, associant l'expertise militaire, juridique et technique nécessaire et l'ensemble des États concernés.

France (30 oct.)
Nous devons regarder vers l'avenir et relever ses défis. Un nouveau débat a émergé ces derniers mois sur la question des robots létaux autonomes (LARS). C'est un débat clé car il pose la question fondamentale de la place de l'Homme dans la décision d'employer la force meurtrière. C'est aussi un débat difficile, car il soulève de nombreuses questions éthiques, juridiques, opérationnelles et techniques. Il couvre des technologies qui ne sont pas encore complètement développées et qui sont à double usage. Les termes de ce débat doivent être clarifiés. Permettez-moi, en tant que président de la prochaine conférence de la Convention de 1980 sur certaines armes classiques (CCAC), de souligner le fait que ce forum remplit ces critères.

Grèce (29 oct.)
La Grèce reste fermement attachée à la Convention sur certaines armes classiques (CCW) et à ses protocoles et continue de penser que la CCW reste le forum le plus approprié pour la discussion d'un protocole sur les armes à sous-munitions, car elle inclut à la fois les producteurs et les utilisateurs les plus importants, et sera ainsi en mesure de trouver un équilibre délicat entre l'utilité militaire et les préoccupations humanitaires. C'est dans ce même forum que nous pensons que le sujet de la robotique létale autonome (LARS) devrait être discuté étant donné que la CCW est dans une position unique pour rassembler l'expertise diplomatique, juridique et militaire compétente pour traiter ce problème émergent.

Inde (30 oct.)
Reste attaché à la Convention sur les armes classiques. Il est nécessaire de mieux comprendre l'impact humanitaire des armes autonomes.

Irlande  (29 oct.)
Les mêmes principes qui constituent le fondement du Traité sur le commerce des armes doivent également être appliqués à tous les sujets de débat relatifs aux armes conventionnelles. Qu'il s'agisse des mines terrestres antipersonnel, des armes à sous-munitions, des mesures de transparence, de l'impact environnemental des armes ou de l'utilisation d'armes incendiaires, pour n'en citer que quelques-uns, notre objectif doit toujours être de garantir le respect du droit international humanitaire et des droits de l'homme, y compris les droits des femmes. Ces mêmes principes doivent également s'appliquer aux armes qui seront développées à l'avenir, telles que les systèmes d'armes entièrement autonomes. Un engagement et un débat constructifs sont essentiels pour garantir que nos actions sont conformes aux principes qui sous-tendent les Nations Unies et le droit international.

日本  (29 oct.)
Le Japon reconnaît des intérêts croissants, au sein de la communauté internationale, pour les questions relatives aux armes pleinement autonomes. Nous pensons qu'il est utile d'entamer une discussion sur les éléments de base liés à ces armes, y compris leur définition. La CCW, où des experts militaires, juridiques et autres experts en contrôle des armements sont impliqués, pourrait constituer un lieu approprié pour traiter ces questions. Le Japon attend avec intérêt de discuter de ces questions avec d'autres États intéressés et la société civile.

Pays-Bas (29 oct.)
Le développement possible de Lethal Autonomous Robot Systems soulève de nombreuses questions juridiques, éthiques et politiques. Aux Pays-Bas, nous avons entamé une discussion sur cette question avec la participation des ministères des Affaires étrangères et. Défense, partenaires pertinents de la société civile et du monde universitaire afin de mieux comprendre les développements dans ce domaine et les problèmes qui y sont liés. En répondant à la question sur la légalité des systèmes d'armes, nous sommes guidés par le droit international et en particulier par le droit international humanitaire. Tout en développant de nouveaux systèmes d'armes, les États doivent rester dans les limites du droit international. Nous participerons activement aux discussions sur le LARS et, à cet égard, soutenons la proposition du président de la CCW pour une discussion informelle sur le LARS dans le cadre de la CCW.

New Zealand (30 oct.)
Les considérations humanitaires qui sous-tendent notre engagement à traiter ces questions ont été fréquemment évoquées au cours des travaux de ce Comité. Nous nous félicitons de cet accent renouvelé sur la sécurité humaine, et nous reconnaissons ici le rôle important de la société civile dans la collaboration avec les gouvernements pour développer et mettre en œuvre des solutions efficaces aux défis que nous avons relevés. L'avènement de nouvelles technologies d'armes telles que les systèmes d'armes entièrement autonomes ne fait que souligner la nécessité pour nous de continuer à travailler ensemble pour garantir que les principes qui nous guident continuent d'être respectés. Nous sommes impatients de poursuivre ce partenariat dans ce domaine en constante évolution.

Pakistan (29 oct.)
Une autre tendance inquiétante est le développement de nouveaux types d'armes conventionnelles comme les robots létaux autonomes (LAR) et l'utilisation de drones armés qui tuent aveuglément des civils. L'utilisation de drones, en particulier en dehors de la zone de conflit ou du champ de bataille, pose non seulement un défi juridique, mais a également de graves conséquences sur les droits humains et humanitaires. Il faut l'arrêter immédiatement. L'utilisation de drones doit être soumise à une réglementation internationale avant qu'elle ne devienne incontrôlable.

De même, les LAR, qui choisiraient et tireraient seuls sur des cibles préprogrammées sans aucune intervention humaine, posent un défi fondamental à la protection des civils et à la notion d'attribution de responsabilité. Ils pourraient modifier la guerre traditionnelle de manières inimaginables. Leur développement doit être abordé dans les forums internationaux pertinents, y compris à l'ONU et à la Conférence des États parties à la CCAC.

Les États qui possèdent et utilisent actuellement de telles armes ne peuvent se permettre d'être satisfaits du fait que ces capacités ne proliféreront pas avec le temps et, par conséquent, ils deviendront également vulnérables à moins que cette production d'armes7 ne soit immédiatement réduite dans le cadre d'un régime international.

Pakistan (16 oct.)
Les robots létaux autonomes (LAR) – qui choisiraient et tireraient seuls sur des cibles préprogrammées sans aucune intervention humaine – posent un défi fondamental à la protection des civils et à la notion d'attribution de responsabilité. … Nous reconnaissons que la recherche d'un consensus sera une tâche difficile, mais nous saisissons cette occasion pour proposer quelques idées que nous jugeons essentielles pour promouvoir une plus grande sécurité mondiale : … Neuf, Le développement et l'utilisation de drones et de robots létaux autonomes (LARS) ont besoin à contrôler et à soumettre à la réglementation internationale. Outre l'Assemblée générale des Nations Unies et son premier comité, la Conférence des États parties à la CCAC fournit également un forum pour aborder ces questions.

Afrique du Sud (30 oct.)
En conclusion, Monsieur le Président, il est de notoriété publique que, d'un point de vue environnemental, certaines substances utilisées dans les armes classiques peuvent être dangereuses pour la santé humaine. À cet égard, ma délégation est d'avis que nous devrions soutenir les efforts visant à accroître notre connaissance de l'impact humanitaire potentiel de ces substances afin de mieux comprendre l'héritage sanitaire et environnemental des conflits. Dans le même ordre d'idées, ma délégation appuierait également la poursuite des discussions sur la question émergente des systèmes d'armes létaux autonomes.

Suisse (29 oct.)
Pour terminer, je voudrais réaffirmer l'importance des armes classiques dans le désarmement et la sécurité internationale. Les nouvelles technologies changent la guerre et des défis se profilent à l'horizon. Un problème émergent est celui de « systèmes d'armes entièrement autonomes » comme le souligne le rapport de cette année du Conseil consultatif du Secrétaire général pour les questions de désarmement. Nous notons avec intérêt que le Secrétaire général devrait envisager de commander une étude approfondie, impliquant l'UNlDlR et d'autres instituts de recherche et groupes de réflexion, afin de soutenir les efforts appropriés. La Suisse est d'avis qu'il est nécessaire de comprendre, d'identifier et de clarifier les défis potentiels associés aux systèmes d'armes entièrement autonomes et à la technologie pertinente. La Suisse reconnaît donc la nécessité d'un dialogue intergouvernemental structuré dans l'enceinte existante de la Convention sur les armes classiques (CCA) sur cette question. La Suisse est prête à participer activement aux discussions.

Royaume-Uni (29 oct.)
J'ai hâte de retourner à Genève pour la réunion des États parties à la Convention sur certaines armes classiques et nos discussions sur la robotique autonome létale. Il s'agit d'une question importante et qui relève bien de la compétence d'expert de la CCW. J'espère que nous pourrons mettre à profit l'expertise et l'expérience du Royaume-Uni.

United States (29 oct.)
Monsieur le Président, les États-Unis sont une Haute Partie contractante à la Convention sur certaines armes classiques et à l'ensemble de ses cinq protocoles. Les États-Unis attachent de l'importance à la CCAC en tant qu'instrument qui a pu rassembler des États ayant diverses préoccupations en matière de sécurité nationale.

Nous attendons avec intérêt les réunions annuelles des Hautes Parties contractantes en novembre et l'établissement d'un programme de travail pour 2014 qui permettra aux États de la Convention de continuer à soutenir l'universalisation de la Convention et la mise en œuvre de tous ses protocoles. Au cours de l'année écoulée, des questions ont été soulevées concernant le développement et l'utilisation d'armes létales totalement autonomes dans des instances telles que le Conseil des droits de l'homme. Comme l'a déclaré la délégation des États-Unis au Conseil des droits de l'homme, nous nous félicitons des discussions entre les États sur les implications juridiques, politiques et technologiques associées aux armes létales totalement autonomes dans un forum approprié qui se concentre principalement sur les questions de droit international humanitaire, si le mandat est correct. Les États-Unis pensent que la CCAC est ce forum. Les Hautes Parties contractantes à la CCW comprennent un large éventail d'États, y compris ceux qui ont incorporé ou envisagent d'incorporer des capacités automatisées et autonomes dans les systèmes d'armes. La CCW peut réunir des personnes ayant une expertise technique, militaire et internationale en droit humanitaire, en veillant à ce que tous les aspects de la question puissent être pris en compte. En conséquence, nous soutenons une discussion exploratoire informelle sur les armes létales totalement autonomes et nous nous engageons avec nos collègues Hautes Parties contractantes à la CCAC à formuler un mandat approprié qui facilitera ces discussions.

Pour plus d'informations, voir:

  • Des photographies du événements parallèles et Présentateurs d'ONG
  • vidéo des présentations des ONG - la déclaration de la Campagne pour arrêter les robots tueurs commence à 17h45
  • Déclaration [2-pp] par la Campagne pour arrêter les robots tueurs (29 octobre)
  • Communiqué de presse   [3-pp] sur la Première Commission du désarmement de l'Assemblée générale des Nations Unies (21 octobre)
  • Document d'information [3-pp] sur la Convention sur les armes classiques (26 septembre)
  • Vue d'ensemble de la couverture médiatique de la Première Commission de l'UNGA et des événements parallèles sur les robots tueurs
  • Compilation de déclarations de pays sur les armes totalement autonomes (4 novembre 2013)

Marie

Texte alternatif de l'image
Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez-nous

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez-nous