image de héros de menu
AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Actions parlementaires en Europe

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Ce tour d'horizon examine les récentes actions parlementaires en Europe en faveur de l'appel à l'interdiction des armes entièrement autonomes, également connues sous le nom de systèmes d'armes létaux autonomes. Ces initiatives fournissent davantage de preuves du soutien croissant pour le début des négociations sur un nouveau traité international dès maintenant. Les États se réuniront à l'ONU à Genève le 27 août pour la prochaine réunion internationale sur les défis posés par les robots tueurs.

Parlement européen

Sur 5 Juillet, une résolution de la Le Parlement européen a été adopté par un vote de 390/103/110 qui appelle à la négociation urgente "d'une interdiction internationale des systèmes d'armes qui n'ont pas le contrôle humain sur l'utilisation de la force". La résolution appelle le Conseil européen à œuvrer en faveur d'une telle interdiction et à « élaborer et adopter de toute urgence une position commune sur les systèmes d'armes autonomes ». La recommandation du groupe Verts/ALE d'accorder une attention particulière aux progrès technologiques dans le domaine de la militarisation de la robotique et, en particulier, des robots armés a été incluse dans une résolution approuvant un rapport du Parlement européen au Conseil pour la 73e session des États-Unis Assemblée générale des Nations (AGNU). La campagne mènera des activités de sensibilisation à la Première Commission de l'UNGA sur le désarmement et la sécurité internationale en octobre.

Belgique

Le 4 juillet, la commission de la défense du parlement belge a adopté une résolution (disponible en néerlandais et en français) qui demande au gouvernement de soutenir les efforts internationaux visant à interdire l'utilisation d'armes entièrement autonomes. Il s'engage également à ce que l'armée belge n'utilise jamais ces armes. Les résolution visant à interdire les armes entièrement autonomes doit maintenant être approuvé par l'ensemble du parlement et transformé en loi, mais en tant que parlementaire belge Hendrik Bogaert noté, « la décision politique a été prise » avec le vote d'approbation de la commission de défense.

Italie

Le 5 juillet, le Réseau italien pour le désarmement (Rete Italiana par Il Disarmo) a organisé un événement au parlement national à Rome avec l'intelligence artificielle (IA) et des experts connexes pour explorer les défis posés par les armes entièrement autonomes et la nécessité d'une position gouvernementale plus forte pour empêcher leur développement. Il y a un nouveau parlement en Italie après les élections générales du pays en mars. Auparavant, le Réseau menait une enquête sur les positions des partis politiques. En 2013, il organisé des réunions de haut niveau sur les robots tueurs pour la lauréate du prix Nobel de la paix Jody Williams, co-fondatrice de la Campagne pour arrêter les robots tueurs.

Finlande

Les 12 et 13 juin, le professeur Noel Sharkey, président du Comité international pour le contrôle des armements robotiques (ICRAC), cofondateur de la Campagne pour arrêter les robots tueurs, s'est rendu à Helsinki pour s'adresser à un séminaire parlementaire sur les systèmes d'armes autonomes. Le Comité des 100 en Finlande (Suomen Sadankomitea ry) et d'autres organisations non gouvernementales finlandaises ont fait en sorte que Sharkey rencontre des représentants des principaux partis politiques finlandais, informe les médias locaux et discute avec les meilleurs experts finlandais en IA.

Norvège

Le 21 juin, le chef du Parti démocrate-chrétien de Norvège (Kristeleg Folkeparti, KrF) fourni une question écrite au ministre des Affaires étrangères demandant ce que fait le gouvernement pour développer de nouvelles réglementations politiques et juridiques visant à maintenir un contrôle humain significatif sur les systèmes d'armes et l'utilisation de la force. Selon la lettre, les démocrates-chrétiens voient un besoin urgent de conclure un accord international sur les armes entièrement autonomes.

Suisse

En juin 2018, deux parlementaires suisses ont introduit des interpellations - une procédure utilisée dans certains organes législatifs pour demander au gouvernement d'expliquer une loi ou une politique - afin d'examiner les investissements possibles de la Suisse dans l'autonomie des systèmes d'armes. Le député Beat Flach a introduit l'interpellation 18.3624 cosigné par cinq autres députés verts libéraux, tandis qu'Interpellation 18.3675 a été présenté par Chantal Galladé et cosigné par cinq autres députés socialistes et un député libéral vert. Les deux posent cinq questions clés sur les systèmes de défense aérienne dotés de processus autonomes et automatisés que la Suisse envisage d'acheter, notamment : « Les systèmes présélectionnés ont-ils la capacité d'auto-identifier, de détecter et d'attaquer des cibles sans qu'un être humain ait à confirmer cette attaque ? ?" D'ordinaire, le Conseil fédéral, en l'occurrence le ministère de la Défense, répond par écrit avant la prochaine session du Parlement, qui aura lieu en septembre.

Royaume-Uni

En juin 2018, une commission parlementaire britannique sur l'intelligence artificielle a reçu une réponse du gouvernement britannique à sa recommandation que le Royaume-Uni révise sa définition de travail des systèmes d'armes létaux autonomes, qui diffère considérablement des définitions formulées par d'autres pays, l'industrie et le milieu universitaire. Selon le réponse officielle, le ministère britannique de la Défense n'a "pas l'intention de modifier la définition d'un système autonome". L'Association des Nations Unies du Royaume-Uni (UNA-Royaume-Uni) a appelé la réponse "très surprenant et obstructif au processus international pour parvenir à un consensus sur une définition convenue au niveau international. En avril, le UNA-Royaume-Uni et les entreprises technologiques, les ONG et les universitaires, envoyé une lettre conjointe exhortant le Royaume-Uni à prendre des mesures préventives pour interdire les armes entièrement autonomes ou faire face à la perspective d'une « déshumanisation brutale » de la guerre.

Pour plus d'informations, voir:

Marie

Texte alternatif de l'image
Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez-nous

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez-nous