image de héros de menu

Actualité

Stop Killer Robots appelle à une nouvelle loi internationale sur l'autonomie des systèmes d'armes.

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Un fonds norvégien envisage des robots tueurs

Le défi des robots tueurs est fermement à l'ordre du jour en Norvège, où le conseil d'éthique du Norwegian Government Pension Fund Global, d'une valeur de 830 milliards de dollars, a annoncé son intention de commencer à surveiller les entreprises investissant dans le développement potentiel de systèmes d'armes entièrement autonomes. Le président du conseil d'éthique, Johan H. Andresen, a déclaré que l'objectif est de voir si de tels investissements seraient contraires aux politiques d'investissement et aux directives éthiques du fonds. Il a décrit l'initiative comme "une déclaration d'avertissement juste, un avertissement". Cette décision du plus grand fonds de pension au monde devrait inciter des fonds similaires et d'autres investisseurs à jeter un regard critique sur leurs investissements au milieu des inquiétudes croissantes concernant les armes qui sélectionneraient et attaqueraient des cibles sans contrôle humain significatif. Cela envoie un signal fort à Oslo qu'il est temps pour la Norvège de prendre au sérieux le traitement des armes entièrement autonomes.

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Les rapporteurs de l'ONU demandent l'interdiction

Aujourd'hui, au Conseil des droits de l'homme à Genève, deux experts de haut rang de l'ONU ont publié un nouveau rapport qui comprend un appel à interdire les armes entièrement autonomes. Les précédents rapports de l'ONU publiés en 2013 et 2014 appelaient à un moratoire sur ces armes, qui fonctionneraient de manière autonome sans contrôle ni intervention humaine. La Campagne pour arrêter les robots tueurs invite tous les États à examiner le nouveau rapport et à répondre à son appel à interdire les systèmes d'armes autonomes. 

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Experts en robots tueurs à Davos

Hier (21 janvier 2015), le Forum économique mondial a organisé une table ronde d'une heure en coopération avec TIME pour examiner « et si les robots partaient en guerre ? » La session de la réunion annuelle à Davos, en Suisse, a réuni quatre orateurs : l'ancienne chef du désarmement de l'ONU Angela Kane, le président de BAE Systems Sir Roger Carr, l'expert en intelligence artificielle (IA) Stuart Russell et l'expert en éthique des robots Alan Winfield. les participants ont convenu que les systèmes d'armes autonomes présentent des dangers et nécessitent une action diplomatique rapide pour négocier un instrument juridiquement contraignant qui trace la ligne des armes qui ne sont pas sous contrôle humain. Davos.

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

2015 : Bilan de l'année

Pour la Campagne contre les robots tueurs, le point culminant de 2015 a été la deuxième réunion sur les systèmes d'armes autonomes létales qui s'est tenue aux Nations Unies à Genève en avril. Des représentants de plus de 90 pays ainsi que d'agences des Nations Unies, du Comité international de la Croix-Rouge et de la campagne se sont réunis à la Convention sur les armes classiques (CCW) pour participer à cinq jours de délibérations de fond avec des experts invités sur les questions éthiques, juridiques, opérationnelles , de sécurité, techniques et autres défis soulevés par ces armes.

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Plus de discussions en 2016 mais peu d'ambition

Les nations ont convenu aujourd'hui (13 novembre) de tenir une autre réunion diplomatique d'une semaine du 11 au 15 avril 2016 pour poursuivre leurs délibérations sur les questions relatives aux systèmes d'armes létaux autonomes. Ce sont des armes qui sélectionneraient et attaqueraient des cibles sans autre intervention humaine. La campagne pour arrêter…

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Préoccupation et soutien à la Première Commission

Davantage d'États ont soulevé des préoccupations concernant les armes autonomes devant la Première Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le désarmement et la sécurité internationale cette année qu'au cours des deux dernières années, selon un examen de la campagne pour arrêter les robots tueurs des déclarations de la session de 2015, qui se termine le 9 novembre. Plus de 30 États et cinq groupes d'États ont inclus des armes autonomes dans leurs déclarations lors de la Première Commission, en plus du Comité international de la Croix-Rouge et de la Campagne pour arrêter les robots tueurs. Le Botswana, le Koweït, le Liban et la Roumanie ont développé pour la première fois leur point de vue sur les armes autonomes, faisant un total de 62 États qui se sont exprimés sur ce sujet depuis 2013. Lors de la précédente session de la Première Commission en 2014, 23 États ont soulevé des préoccupations concernant les robots tueurs tandis que 16 l'ont fait en 2013. Des extraits pertinents des déclarations de 2015 sont présentés ci-dessous. Presque tous les États qui se sont exprimés sur la question ont exprimé leur soutien à davantage de discussions sur les armes autonomes en 2016 lors de la Convention sur les armes classiques (CCW). Lors de la CCW le 13 novembre, les États décideront s'ils souhaitent poursuivre les pourparlers sur les systèmes d'armes létaux autonomes avant la cinquième conférence d'examen de la CCW en décembre 2016. 

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Octobre aux Nations Unies à New York

La direction de la Campagne pour arrêter les robots tueurs sera à New York les 19 et 20 octobre pour mener des activités de sensibilisation lors de la Première Commission annuelle de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le désarmement et la sécurité internationale, qui s'est ouverte le 8 octobre et est présidée par l'Ambassadeur Karel van Oostrom, représentant permanent des Pays-Bas auprès de l'ONU à New York. Les nations ne devraient pas prendre de décision formelle sur les armes autonomes lors de cette réunion d'un mois, mais pour la troisième année consécutive, beaucoup profitent de l'occasion pour exprimer leur point de vue sur les armes autonomes dans leurs déclarations. (Voir les extraits postés ci-dessous)

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Les experts néo-zélandais s'expriment

Peace Movement Aotearoa, co-fondateur et coordinateur de la campagne Aotearoa Nouvelle-Zélande pour arrêter les robots tueurs, a organisé cette semaine un forum à Wellington pour examiner, entre autres, les défis posés par les armes entièrement autonomes et appeler à une interdiction préventive. Ces dernières semaines, plusieurs Néo-Zélandais ou « Kiwis » ont souscrit à l'appel à interdire ces armes qui sélectionneraient ou détecteraient leurs propres cibles, en utilisant la force sans autre intervention humaine. Cependant, le gouvernement néo-zélandais s'en tient à une "non-position" lorsqu'il s'agit d'exprimer son point de vue sur la question, affirmant qu'il est en "mode d'écoute".

Texte alternatif de l'image
Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez-nous

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez-nous