image de héros de menu
AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Les lauréats du prix Nobel demandent l'interdiction des robots tueurs

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Plus de 20 lauréats du prix Nobel de la paix ont approuvé un déclaration commune appelant à une interdiction des armes qui seraient capables de sélectionner et d'attaquer des cibles sans contrôle humain significatif. Les Lauréats prévenir que des robots mortels « changeraient complètement et pour toujours le visage de la guerre et engendreraient probablement une nouvelle course aux armements » et demanderaient : « L'humanité peut-elle se permettre de suivre une telle voie ? Ils expriment leur inquiétude quant au fait que « laisser les meurtres aux machines pourrait faciliter le déclenchement de la guerre et transférer le fardeau du conflit armé sur les civils ».

Les Lauréats encouragent le débat public sur l'éthique et la moralité des systèmes d'armes autonomes. Ils se félicitent de la création de la Campagne pour arrêter les robots tueurs et « adhèrent de tout cœur à son objectif d'une interdiction préventive des armes entièrement autonomes qui seraient capables de sélectionner et d'attaquer des cibles par elles-mêmes ».

Les signataires de la déclaration comprennent Jody Williams et le Campagne internationale pour l'interdiction des mines antipersonnel, qui ont reçu le prix en 1997 pour leurs efforts dans la réalisation du Traité d'interdiction des mines. Les autres signataires incluent Mairead Maguire (1976), Betty Williams (1976), Rigoberta Menchú Tum (1992), Shirin Ebadi (2003), Leymah Gbowee (2011) et Tawakkol Karman (2011), qui avec Williams sont membres de the Initiative Nobel pour les femmes, co-fondateur de la Campagne pour arrêter les robots tueurs. Les signataires incluent l'archevêque sud-africain Desmond Tutu (1984) et les anciens présidents Lech Walesa de Pologne (1983), Oscar Arias Sánchez du Costa Rica (1987), FW de Klerk d'Afrique du Sud (1993) et José Ramos-Horta du Timor-Leste (1996).

Le co-fondateur de la campagne Stop Killer Robots Conférences Pugwash sur la science et les affaires mondiales (1995) a endossé la déclaration avec la signature de son président Jayathana Dhanapala, ancien chef des Nations Unies pour le désarmement. Les autres organisations à approuver la déclaration sont les American Friends Service Committee (Les Quakers) (1947), Amnesty International (1978), Bureau international de la paix (1910), et Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire (1985).

Les déclaration a été livré par Williams le mois dernier dans son Remarques à la première réunion multilatérale tenue sur la question des « systèmes d'armes létaux autonomes ». Police étrangère a publié l'article suivant de Williams reflétant les pourparlers…

# # #

"Même les robots tueurs ont un écart entre les sexes» par Jody Williams, Police étrangère, 11 June 2014

Lorsque la première réunion multilatérale sur le développement de systèmes d'armes létales autonomes (LAWS) s'est tenue à l'ONU à Genève en mai, aucune femme n'a été appelée à s'exprimer sur les groupes d'experts qui ont alimenté les discussions. Les armes, plus communément connues sous le nom de « robots tueurs », ne sont pas un problème de genre – comme le font toutes les questions de conflit, elles auront un impact sur les femmes et les hommes. Pourtant, il semble qu'aucune femme « qualifiée » n'ait pu être trouvée pour agir comme l'une des 18 prétendues experts que l'organisation des traités des Nations Unies a appelés pour donner son avis sur les implications de ces armes pour l'éthique, les lois de la guerre et les questions techniques et opérationnelles.

Bien que les groupes et militants indépendants aient dans l'ensemble progressé pour se faire entendre sur les questions de désarmement et de sécurité, les femmes restent trop souvent mises à l'écart dans les cadres officiels et semi-officiels. La campagne mondiale contre les LOIS en est un exemple parfait – et un modèle sur la façon de repousser.

Au mois de novembre précédent, les États parties à la Convention sur les armes classiques (CCW) avaient convenu de tenir des pourparlers informels sur les armes après seulement sept mois de pression de la Campagne pour arrêter les robots tueurs, lancée en avril 2013. Les délégations gouvernementales, les agences des Nations Unies, le Le Comité international de la Croix-Rouge et des organisations non gouvernementales sous la bannière de la campagne y ont participé.

Ces armes sont déjà en cours de développement par plusieurs pays. Ils élimineraient complètement le rôle du jugement humain et de la compassion dans la prise de décisions sur le moment d'utiliser une arme mortelle, mettant en danger les civils à la fois en temps de guerre et dans les situations de maintien de l'ordre. Le résultat d'une erreur de jugement serait très probablement fatal. De telles armes devraient être interdites avant qu'il ne soit trop tard pour arrêter leur développement.

Officiellement, seul le gouvernement norvégien a protesté contre l'exclusion des femmes, citant la résolution 1325 de l'ONU, très vantée – si peu pratiquée – sur les femmes, la paix et la sécurité. Dans le même temps, cependant, le gouvernement a souligné que tous les soi-disant événements parallèles, organisés par la Campagne pour arrêter les robots tueurs (CSKR) sur les mêmes sujets couverts par les sessions officielles, étaient équilibrés entre les sexes.

Dans les coulisses, plusieurs hommes du CSKR ont été discrètement informés que la raison pour laquelle tous les « présentateurs experts » étaient des hommes était qu'« il n'y avait pas de femmes convenables pour remplir les postes. »

Mais qu'est-ce que cela signifie au juste qu'il n'y avait pas de femmes qualifiées pour parler en tant qu'experts de la sécurité de la paix ? Et pourquoi les gouvernements résistent-ils toujours à l'inclusion des femmes ?

La résolution 1325, citée par les Norvégiens, « exhorte les États membres à assurer une représentation accrue des femmes à tous les niveaux de prise de décision dans les institutions et mécanismes nationaux, régionaux et internationaux pour la prévention, la gestion et la résolution des conflits ». Depuis son adoption, cependant, très peu de négociations de paix ont inclus des femmes. Et comme l'ont démontré les discussions de Genève sur les LOIS, nous restons « inaptes » à donner même un avis d'expert sur l'éthique ou les lois de la guerre, encore moins sur les armes robotiques elles-mêmes.

Malgré toutes les fanfaronnades et les mots ronflants sur le besoin de « diversité », « l'inclusion » et « l'autonomisation des femmes », ni la fanfaronnade ni les mots n'ont entraîné de changement significatif.

Certes, les responsables de l'ONU et les gouvernements ont attribué au travail de la campagne le mérite d'avoir mis la question au premier plan et d'avoir stimulé les pourparlers. La campagne avait pris une question qui n'avait pas été discutée publiquement et en un an l'a amenée dans les couloirs de l'ONU pour cette première « session d'experts » sur les armes.

La reconnaissance et l'acceptation accrue du rôle des groupes et militants indépendants dans les discussions sur le contrôle des armements et le désarmement est à bien des égards un hommage au travail acharné de la Campagne internationale pour l'interdiction des mines terrestres, dont j'étais le coordinateur fondateur, et de la Cluster Munition Coalition , dont chacun a travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements, les agences des Nations Unies et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour interdire avec succès les mines terrestres en 1997 et les armes à sous-munitions en 2008.

Inutile de dire que le CSKR a publiquement protesté contre le manque de femmes parmi les experts lors des sessions de Genève - et nous avons également été rejoints par l'un des présentateurs experts. La réponse officielle à nos questions sur les raisons pour lesquelles les femmes n'étaient pas incluses était faible et peu convaincante, et les responsables ont indiqué que nous devrions être heureux qu'au moins un des modérateurs d'un groupe d'experts soit une femme de l'une des délégations gouvernementales.

Alors que les gouvernements continuent de résister à l'équilibre entre les sexes, les organisations non gouvernementales et les militants continueront de faire pression pour le changement. En fait, à la suite des pourparlers de Genève, les membres de la campagne adoptent une position encore plus active pour mettre fin à la discrimination fondée sur le sexe dans l'élaboration des politiques mondiales.

L'un des membres fondateurs de la campagne, une organisation britannique connue sous le nom d'Article 36 - se référant à un protocole de la Convention de Genève concernant les nouvelles armes et méthodes de guerre - a commencé à dresser une liste d'hommes travaillant dans le domaine de la paix et de la sécurité qui s'engageraient de ne pas parler sur des panels qui ne comprennent que des hommes.

Quelques jours après l'ouverture de la liste, plus de trois douzaines d'hommes s'étaient déjà inscrits - et la liste est partagé au-delà des membres de la Campagne pour arrêter les robots tueurs. D'autres membres de la campagne ont commencé à compiler des listes de femmes travaillant dans ces domaines pour faciliter la capacité des gouvernements à trouver des femmes expertes « appropriées ».

Le gouvernement et les organismes des Nations Unies doivent reconnaître le rôle essentiel que jouent les femmes en aidant à façonner les discussions sur le désarmement, la paix et la sécurité, et reconnaître, solliciter et promouvoir l'expertise des femmes en contribuant à notre propre sécurité dans un monde d'insécurité. Ce temps est bien passé - et la réaction à l'échec de l'ONU à faire respecter ses normes montre que les femmes et les hommes ne sont pas prêts à attendre plus longtemps.

# # #

Photo (de gauche à droite) : Les lauréates du prix Nobel de la paix Leymah Gbowee, Mairead Maguire, Shirin Ebadi, Jody Williams, Tawakkol Karman et Rigoberta Menchú Tum (c) Initiative Nobel pour les femmes2013

Marie

Texte alternatif de l'image
Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez-nous

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez-nous