image de héros de menu
AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Consensus : il faut s'attaquer aux robots tueurs

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Le 30 mai 2013 à Genève, les nations ont débattu pour la première fois de ce qu'il fallait faire au sujet des armes entièrement autonomes au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à la suite de la présentation de rapport sur les « armes robotiques autonomes létales » par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires pour le Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l'homme, le professeur Christof Heyns.

Au cours du « dialogue interactif », 20 pays ont parlé pendant trois minutes maximum chacun des conclusions du rapport sur les armes entièrement autonomes : Algérie, Argentina (GRULAC), Autriche, Brasil, Chine, Cuba, Égypte, France, Allemagne, Indonésie, l'Iran, MéxicoMarocPakistan, Russie, Sierra Leone, Suède , Suisse, UKet US. Il y a eu aussi des déclarations de la Union européenne (composé de 27 États) et le Pakistan au nom de la Organisation de la Conférence islamique (56 états).

Toutes ces nations ont exprimé leur intérêt et leur préoccupation face aux défis posés par les armes entièrement autonomes. Aucun ne s'est opposé à discuter davantage de la question. Le Pakistan a exprimé son soutien à une interdiction, tandis que d'autres ont approuvé l'appel du rapport à un moratoire. Le Royaume-Uni a été le seul État à déclarer son opposition à l'appel à un moratoire ou à une interdiction des armes totalement autonomes. Le Brésil et la France ont suggéré la Convention sur les armes classiques comme lieu de discussion sur le sujet.

La Suède a expliqué qu'elle est traditionnellement responsable de la résolution sur le travail du Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires. Il a déclaré que la résolution sera présentée en 2014 lors de la 26e session du Conseil des droits de l'homme (il s'agit actuellement de la 23e session). La Suède a indiqué que la résolution comprendra des paragraphes opérationnels sur les recommandations contenues dans le rapport.

La chef du désarmement des Nations Unies, Angela Kane, a fourni une déclaration livré par Jarmo Sareva qui notait, « [l]'émergence des armes autonomes remet en question l'adéquation des mesures pour mettre en œuvre les règles des conflits armés qui s'appliquent à l'utilisation de tous les systèmes d'armes. Le but de ces règles est clair. L'impératif majeur est de protéger les civils contre des dommages inacceptables. Il doit également y avoir une responsabilité humaine adéquate à tout moment. Pourtant, une question clé posée par les armes autonomes est de savoir comment la responsabilité peut-elle être maintenue lorsque les humains ne sont plus impliqués dans la décision finale ? »

Dans son déclaration lors de la session des ONG - sa toute première déclaration dans un forum multilatéral - la Campagne pour arrêter les robots tueurs a accueilli le rapporteur spécial des Nations Unies et a exhorté tous les États à approuver et à mettre en œuvre ses recommandations, y compris l'appel à un moratoire immédiat sur les systèmes d'armes robotiques qui, une fois activés, peuvent sélectionner et engager des cibles sans autre intervention humaine. Ce serait un premier pas vers une interdiction internationale globale de ces armes entièrement autonomes.

La déclaration de la Campagne pour arrêter les robots tueurs a été livré par Beatrice Fihn de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté. La campagne a déclaré qu'elle partage les préoccupations morales, éthiques, juridiques, politiques, techniques et autres que le rapport de l'ONU soulève concernant ces armes. Pour éviter de futurs dommages, il exhorte les États à prendre des mesures dès maintenant pour arrêter la création d'armes qui choisiraient et tireraient sur des cibles par eux-mêmes sans supervision ou contrôle humain significatif. Comme l'avertit le rapport de l'ONU, « si laissé trop longtemps à lui-même, la question sera, littéralement, retirée des mains de l'homme. »

Le mardi 28 mai 2013, Steve Goose de Human Rights Watch et Peter Asaro du Comité international sur le contrôle des armements robotiques a expliqué les objectifs de la campagne et son point de vue sur le rapport de l'ONU lors d'une conférence de presse et événement parallèle.

Des représentants de 25 pays ont assisté au Conseil des droits de l'homme événement parallèle organisés par la campagne le mardi 28 mai : Australie, Canada, Danemark, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Guatemala, Saint-Siège, Irlande, Italie, Japon, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pakistan, Russie, Afrique du Sud, Suède , la Suisse, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Zimbabwe, en plus des représentants de l'Union européenne et de la société civile, y compris la campagne Comité de pilotage membres Article 36, IKV Pax Christi et Action Mines Canada.

Avant l'événement parallèle, le Association des correspondants de l'ONUL'Association des Correspondants Auprès des Nations Unies (ACANU) a organisé une conférence de presse sur la campagne à laquelle 20 journalistes de l'ONU basés à Genève ont assisté. La campagne a publié un communiqué de presse et synopsis du rapport de l'ONU.

La Campagne pour arrêter les robots tueurs a été lancée à Londres le 23 avril 2013. La coalition internationale est dirigée par un Comité de pilotage de neuf organisations non gouvernementales et a des représentants de campagne dans 15 pays.

Pour plus d'informations, s'il vous plaît voir:

Marie

Texte alternatif de l'image
Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez-nous

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez-nous