image de héros de menu
AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Résolution du Parlement européen une première

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Le Parlement européen a adopté une résolution sur l'utilisation de drones armés qui comprend un appel à l'interdiction des robots tueurs. Les résolution parrainé par le groupe Verts/Alliance libre européenne des députés européens avec un soutien multipartite, adopté par un voter de 534-49 au Parlement européen à Strasbourg le 27 février.

Les  résolution exprime sa "grave préoccupation concernant l'utilisation de drones armés en dehors du cadre juridique international" et "exhorte l'UE à développer une réponse politique appropriée au niveau européen et mondial qui respecte les droits de l'homme et le droit international humanitaire".

Sur les robots tueurs, le résolution appelle les États membres de l'Union européenne (UE), le Conseil des ministres de l'UE et la haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, à « interdire le développement, la production et l'utilisation d'armes entièrement autonomes qui permettent des frappes à effectuer sans intervention humaine.

Les résolution est considéré comme le premier par le Parlement européen à demander l'interdiction des armes entièrement autonomes. Quatre-vingt-dix pour cent des membres du Parlement européen (MPE) qui voté étaient en faveur de la résolution, alors que seulement huit pour cent des députés ont voté contre.

Intervenant après le vote, la députée verte finlandaise et porte-parole pour la sécurité et la défense, Tarja Cronberg, A déclaré "il y a aussi un besoin criant d'arrêter la recherche et le développement sur les armes entièrement automatiques qui tuent sans intervention humaine." Une eurodéputée verte néerlandaise Judith Sargentini a affirmé Valérie Plante. « les robots tueurs ne le sont pas encore, mais leur développement bat son plein » et s'est dit préoccupé par le manque de responsabilité pour une arme entièrement autonome qui sélectionnerait ses propres cibles et utiliserait la force sans intervention humaine

La résolution n'est pas contraignante, mais son appel spécifique à une interdiction des robots tueurs est susceptible d'influencer l'élaboration de politiques sur la question dans les pays de l'UE. Depuis le premier débat multilatéral sur les robots tueurs a eu lieu au Conseil des droits de l'homme du 30 mai 2013, au moins 44 nations ont exprimé leur point de vue sur ce défi émergent d'intérêt international, dont 13 des 28 États membres de l'UE : Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, France, Grèce, Irlande, Italie , la Lituanie, les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède et le Royaume-Uni.

Le 30 mai 2013, l'Union européenne a fait son première déclaration sur la question à la Droits de l'Homme du Conseil. Il a déclaré que l'utilisation d'armes qui "sélectionnent des cibles sans humain dans la boucle" est "régie par le droit international humanitaire" et a demandé si le défi "devrait être débattu en dehors de ce conseil dans d'autres enceintes internationales, en particulier dans le cadre des instances pertinentes de contrôle des armements des Nations Unies.

Du 13 au 16 mai, l'Ambassadeur Jean-Hugues Simon-Michel de France présidera une réunion du Convention sur les armes classiques aux Nations Unies à Genève pour discuter des questions relatives aux systèmes d'armes létaux autonomes, y compris les préoccupations éthiques, juridiques, opérationnelles et techniques. Les pourparlers marquent le début d'un processus qui pourrait aboutir à un traité interdisant ces armes, soit par le biais d'un sixième protocole à la Convention sur les armes classiques, soit par un autre moyen.

La campagne pour arrêter les robots tueurs a membres dans plusieurs États membres de l'UE, dont l'Autriche, la Finlande, la France, l'Allemagne, l'Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède et le Royaume-Uni.

Cette semaine Organisation non gouvernementale néerlandaise PAX (anciennement IKV Pax Christi), co-fondateur de la Campagne pour arrêter les robots tueurs, a publié un nouveau court métrage d'animation soulignant les inquiétudes suscitées par les robots tueurs et appelant à une interdiction préventive des armes. Il a également publié un nouveau rapport énumérant huit objections aux armes entièrement autonomes.

Marie

Texte alternatif de l'image
Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez-nous

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez-nous