image de héros de menu
AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Répondez à l'appel du Parlement européen

AOAV IGw AWS FINAL 150ppi_LR

Les États de l'Union européenne doivent tenir compte une résolution adoptée ce mois-ci par une écrasante majorité de membres du Parlement européen exigeant l'ouverture de « négociations internationales sur un instrument juridiquement contraignant interdisant les systèmes d'armes létales autonomes ».

Empêcher le développement de systèmes d'armes qui sélectionneraient et attaqueraient des cibles sans autre intervention humaine nécessite un leadership politique audacieux. La Campagne pour arrêter les robots tueurs exhorte les États membres de l'Union européenne (UE) à tenir compte de la demande de cette résolution et à commencer à négocier un nouveau traité d'interdiction sans délai.

Parrainé par le groupe Verts/Alliance libre européenne du Parlement européen à Strasbourg, Résolution 2018 / 2752 a reçu un large soutien de tous les partis lorsqu'il a été adopté le 12 septembre 2018 par 566 voix pour et 47 contre. 73 autres membres du Parlement européen se sont abstenus lors du vote.

La résolution identifie un éventail de préoccupations soulevées par « les systèmes d'armes sans contrôle humain significatif sur les fonctions critiques de sélection et d'attaque de cibles individuelles », y compris leur « potentiel de changer fondamentalement la guerre en provoquant une course aux armements sans précédent et incontrôlée », ainsi que « des questions éthiques et juridiques du contrôle humain.

Ce n'est pas la première fois que les parlementaires européens demandent l'interdiction des robots tueurs. En février 2o14, un nombre similaire de 534 membres du Parlement européen de résolution appelant les États membres de l'UE, le Conseil de l'Europe et le Haut Représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité à : « interdire le développement, la production et l'utilisation de des armes autonomes qui permettent de mener des frappes sans intervention humaine. 49 autres parlementaires ont voté non Résolution 2014 / 2567.

Il y a eu une forte convergence de la part d'une majorité d'États sur la nécessité de conserver une certaine forme de contrôle humain sur les systèmes d'armes et le recours à la force au sixième réunion de la Convention sur les armes classiques (CCW) sur les systèmes d'armes létaux autonomes à l'ONU à Genève le mois dernier. Les 88 États participants n'ont pas pu se mettre d'accord sur la meilleure façon d'atteindre cet objectif, mais ont recommandé de poursuivre les pourparlers l'année prochaine. Les États décideront formellement du mandat 2019 lors de la réunion annuelle de la CCW le 23 novembre 2018.

Les 28 États membres de l'UE varient considérablement dans leurs approches politiques pour répondre aux multiples préoccupations soulevées par les armes entièrement autonomes. Par exemple:

Pendant ce temps, les appels au maintien du contrôle humain sur l'usage de la force continuent de se multiplier. Le 25 septembre, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a qualifié les armes pouvant sélectionner et attaquer une cible par elles-mêmes de « moralement répugnantes » dans son discours ouverture de la session annuelle de l'Assemblée générale des Nations Unies. Guterres a proposé d'aider les États à négocier une nouvelle loi internationale pour faire face aux « multiples alarmes » déclenchées par les robots tueurs.

Bientôt, les appels à un traité interdisant les armes entièrement autonomes deviendront trop nombreux et répandus pour que les États les ignorent.

Pour plus d'informations, voir:

Marie

Icône de points SKR

Arrêtez les robots tueurs

Rejoignez-nous

Tenez-vous au courant des derniers développements du mouvement Stop Killer Robots.

Rejoignez-nous